Presse Indépendante

L' indépendance des rédactions est une liberté collective assurée aux éditeurs d'un média, leur garantissent le droit d'enquêter et diffuser des reportages, sans interférence excessive de leurs propriétaires, au nom du principe de liberté de la presse, de la vérification par les faits et de la protection des sources d'information des journalistes.

L'indépendance des rédactions s'observe lorsqu'un journal, une radio ou une télévision ne cèdent pas à la censure des amis ou des autres sociétés du propriétaire, ni à celle des ministères ou des entreprises.

L'indépendance des rédactions se distingue de l'indépendance des journalistes proprement dite, car il s'agit de l'indépendance d'une collectivité: la rédaction, où les articles sont systématiquement relus et discutés, et qui travaille en équipe, par le biais de conférences de rédaction au cours desquelles sont choisis les sujets abordés, la place qui leur est accordée, l'angle sous lequel l'information est traitée et les moyens financiers consacrés à l'enquête ou au reportage. La revendication d'une indépendance des rédactions a été formulée par les cinq principaux syndicats de journalistes, dans une pétition commune mise en place à l'automne 2007, peu après l'élection à la présidence de la République française de Nicolas Sarkozy.

La notion d'indépendance de la rédaction répond aux questions de déontologie et de crédibilité qui menacent un organe de presse quand son contenu est victime d'un conflit d'intérêts avec une autorité supérieure, qu'il s'agisse des pouvoirs publics, du propriétaire du journal ou de ses amis. L'indépendance de la rédaction s'illustre notamment par la désignation d'un responsable éditorial approuvé par les journalistes, ou bien, dans une formule plus modeste, la désignation d'un responsable par l'actionnaire, qui présente son projet éditorial mais qui doit se soumettre à un droit de veto de la rédaction, par le biais d'un scrutin à bulletin secret. C'est cette formule qu'on proposé en 2007 les syndicats de journalistes, SNJ, Syndicat national des journalistes CGT, Union syndicale des journalistes CFDT, Syndicat général des journalistes FO et SJ-CFTC.

Ce droit de veto donne à l'actionnaire la plus grosse part du travail: à partir de son projet éditorial, il recherche une personnalité capable de fédérer les journalistes et les lecteurs dans une même recherche de qualité. Le rôle des journalistes consiste ensuite à donner leur feu vert, puis à défendre leur indépendance régulièrement lors des conférences de rédaction au cours desquelles est discuté le contenu du journal.

Dans l'audiovisuel, l'une des étapes importantes du débat sur l'indépendance des rédactions a été la création en 1982, par le ministre de la communication socialiste Georges Fillioud, de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle. En 1986, la Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL), créé par le ministre de la culture UDF François Léotard lui a succédé. En 1988, la CNCL a été remplacée par un Conseil supérieur de l'audiovisuel. Ces trois institutions ont élargi à l'ensemble de la majorité le processus de désignation des présidents de chaîne, évitant les dérives jugées monarchiques de l'époque de l'ORTF, mais sans parvenir à imposer un consensus, dans cette désignation, entre l'opposition et la majorité.

Depuis 1er janvier 2009, le gouvernement a décidé d'arrêter la publicité sur les chaînes publiques de radio et de télévision, à partir de 20h, . Mais les exceptions sont suffisamment nombreuses pour que France Télévisions récolte encore 150 millions d’euros avec son système de restriction (pub sur Internet, sur les chaînes régionales de France 3, RFO)

Le Forum permanent des sociétés de journalistes a également mis cette question sur le devant de la scène. Plusieurs sociétés de journalistes de l'audiovisuel ont participé à l'opposition aux réformes de l'audiovisuel voulues par le président Nicolas Sarkozy, en particulier celle qui prévoit que le président de France Télévisions soit nommé directement par le gouvernement. L’assemblée générale de la rédaction de France 2 réunie lundi 30 juin 2008 a voté contre cette réforme[réf. nécessaire], à l'appel de la Société des rédacteurs de France 2.

En juillet 2012, Alain de Pouzilhac, PDG de l'Audiovisuel extérieur de la France, a été poussé vers la sortie par le gouvernement français, quili reprochait le projet de fusion des rédactions de RFI et France 24. La plupart des syndicats de journalistes de RFI, à l'exception de la CFDT, avaient fermement bataillé contre cette fusion, craignant d'y perdre leur identité et leur indépendance, puis avaient réussi à convaincre du bien-fondé de leur cause François Hollande, qui avait signé une pétition dénonçant "la fusion-destruction de RFI"

Source: Wikipedia

 

LO SHOW E GIA FINITO –ROBERTO CARLOS


Lo show è già finito
 come ci siamo divertiti
non c’è bisogno poi
 lasciarci questo 'maquillage'
 che ha già nascosto a noi
 una verità che insistiamo a non vedere.

Non ci scusiamo no
su questo amore consumato
 è tanto meglio poi
 lasciare al tempo le cadute
 e in parole già, esiste sempre um qualcosa senza dire.

E forse è meglio che sia così
 togliamoci la noia dalla mente
 e questa volta ci ameremo
da indifferenti noi
 adesso, cosa fai?
non dirmi che tu stai piangendo
 anch’io tenterò
 di farmi forte a modo mio
 non dirò niente
 non c’è più tempo il nostro show è già finito...

/SMTC